Le marché de la filière bois d'ici à 2030

Presse - 1 mars 2021

La dynamique lancée par la RE2020 pourrait permettre au bois d'atteindre entre 20 et 30% de part de marché à l'horizon 2030, espère Luc Charmasson, président du comité stratégique de filière bois, auprès de Batiactu.

Après le coup de tonnerre des annonces de novembre 2020 sur la réglementation environnementale 2020 (RE2020), la filière de la construction bois se veut conciliante et rassurante. C'est l'un des enjeux de son plan ambition bois 2030, publié ces derniers jours, contenant 10 engagements des acteurs du secteur (voir  ci-dessous), dont ceux de favoriser la mixité des matériaux, développer l'offre en bois français ou encore réduire les coûts. Alors que le Gouvernement estimait que la RE2020 allait faire en sorte que le système constructif bois devienne "la norme" en maison individuelle dès 2030, Luc Charmasson, président du comité stratégique de filière bois, assure pour sa part viser une part de marché de 20 à 30% du bâtiment à cette date.

 

Une "petite révolution"

 

Bien sûr, il ne s'agit pas pour le bois de nier qu'une "petite révolution" se dessine. Et les premiers engagements pris dans le plan "ambition bois" visent tout d'abord à reconnaître les faiblesses de la filière, les points sur lesquels un renforcement est nécessaire. "Le bois construction vient à 63% de la foret française, ce qui est insuffisant", reconnaît par exemple Luc Charmasson. De nombreux bois composites comme le lamellé collé, le CLT ou le contrecollé sont importés de pays européens. Il en résultat un besoin massif d'investissements dans le bois d'ingénierie. Mais sans focalisation excessive sur le CLT, produit destiné aux immeubles de grande hauteur, souvent présenté comme un 'remplaçant' du béton en gros œuvre. "Le CLT représente 3 à 4% du marché, nous atteindrons peut-être les 7-8%", explique Luc Charmasson.
Également présente dans "ambition bois", la formation constitue un autre chantier prioritaire, ne serait-ce que pour instruire une partie des maçons 'classiques' aux métiers de la construction bois, dans lesquels la phase conception est nettement plus importante. "Pour une heure de travail sur chantier, vous en avez dix en bureau d'études. Tout doit être parfait pour le moment de la mise en œuvre. C'est une autre façon de travailler, et certains pavillonneurs qui ne disposent plus de bureaux d'études n'ont plus les compétences nécessaires", observe Luc Charmasson. Cette dimension de préfabrication industrielle, de construction d'éléments sur mesure, va apporter d'autant plus de valeur ajoutée au secteur, et d'intérêt pour les métiers du bâtiment, alors que "les manières de construire ne bougent plus depuis des dizaines d'années", assure Luc Charmasson, et que les jeunes rechignent à devenir compagnons.

 

Les 10 engagements du "plan ambition bois"

 

Voici les dix engagements fixés par France bois foret, Fibois France et France bois industries entreprises :

 

1 - Former : "Nous nous engageons à accompagner, dans l'acte de construire, les opérateurs de la famille des bâtisseurs en lien avec les organismes de formation. Nous nous engageons également dans un effort de formation continue de nos professionnels, de l'amont à l'aval."

 

2 - Développer l'emploi : "Nous nous engageons, en augmentant nos capacités de production, à développer l'emploi et à produire de la valeur ajoutée."

 

3 - Mobiliser les volumes : "Nous nous engageons à favoriser les investissements liés au développement des usines de première et de deuxième transformation vers des produits mixtes, combinant le bois à d'autres matériaux, afin de répondre aux exigences du marché en termes de volume."

 

4 - Investir en recherche et développement : "Nous nous engageons vers un effort constant en matière de recherche et développement, allant de l'ingénierie à la conception de produits et systèmes constructifs novateurs, afin de favoriser l'essor des marchés de la construction bois et biosourcée."

 

5 - Développer l'offre en bois français : "Nous nous engageons à favoriser la construction de logements bas-carbone avec une priorité donnée au bois français."

 

6 - Soutenir l'économie des territoires : "Nous nous engageons à développer des acteurs industriels de référence et des capacités de transformation au cœur des territoires français."

 

7 - Favoriser la mixité des matériaux: "Nous nous engageons à relever le défi de l'accroissement de la mixité des matériaux auprès des entreprises de la construction, forts de tous les acquis des programmes démonstrateurs menés depuis plusieurs années."

 

8 - Planter et replanter : "Nous nous engageons à maintenir un effort constant afin de garantir le renouvellement de la forêt française."

 

9 - Réduire les coûts : "Nous nous engageons à maintenir un effort constant afin de massifier l'utilisation du bois et investir dans des outils de production pour diminuer les coûts."

 

10 - Recycler le bois en fin de vie : "Nous nous engageons à investir dans les usines biomasse et à optimiser l'utilisation des produits bois en fin de vie."

Source : batiactu